Prix Acier | Prix Acier 2014

Depuis 2005, le Prix Acier récompense des projets qui se sont distingués par une qualité architectonique et par des performances techniques remarquables. Les principaux critères de sélection sont l’utilisation créatrice et économique de l’acier, le recours à des techniques novatrices et la virtuosité architecturale. Le projet doit avoir été achevé au cours des trois dernières années et mis en service avant fin avril 2014. Les constructions réalisées à l’étranger sont également prises en considération si des concepteurs ou constructeurs métalliques suisses y ont contribué de façon significative.

Jury

Les projets soumis sont évalués par un jury spécialisé du Centre suisse de la construction métallique. Le nombre de distinctions attribuées dépend de la qualité des réalisations.

Peter Berger

Dipl. Arch. ETH, Theo Hotz AG, Zürich; et professeur à la BFH

Stefan Cadosch

Dipl. Arch. ETH, président de SIA

Stefan Camenzind

Dipl. Arch. HTL SIA, Camenzind Evolution

 

Mario Fontana

Prof. Dr. dipl. Ing. ETH, IBK ETH Zürich

Roderick Hönig

Dipl. Arch. ETH, Redaktor Hochparterre

Beat Jordi

Dipl. Arch. ETH BSA SIA, ADP Architekten, Zürich

 

 

Daniel Meyer

Dipl. Ing. ETH SIA SWB, Dr. Lüchinger + Meyer AG Zürich, professeur à la ZHAW

Heinrich Schnetzer

Dr. dipl. Ing. ETH, Schnetzer Puskas Ingenieure

Joseph Schwartz

Prof. Dr. sc. techn. ETH, dipl. Bauing. ETH, Eidg. Techn. Hochschule Zürich ETHZ – DARCH, Zürich

Photos de la remise des prix Acier 2014

Photos: Sarah Vonesch

Distinctions

Centre de formation ARCA, Gordola

Partenaires

Maître d’ouvrage:       Société Suisse des Entrepreneurs, Zurich
Architectes:       Durisch + Nolli Architetti Sagl, Massagno
Ingénieurs:       Jürg Buchli (gest. 2010), Haldenstein
Construction métallique:       Mauchle Metallbau AG, Sursee
Achèvement des travaux:       2011
Cette photographie peut être téléchargée gratuitement et utilisée pour des articles liés au Prix Acier moyennant mention du titulaire du droit d’auteur. (Photographie: David Willen)

Le nouveau centre de formation professionnelle se distingue par l’économie des solutions constructives et des matériaux utilisés, mis en oeuvre de manière performante. En dépit de ses grandes dimensions, le nouveau bâtiment s’intègre élégamment dans le site.

suite
Les ateliers et le centre de formation de la Société Suisse des Entrepreneurs se situent dans la zone d’activité de Gordola, dans la plaine inondable de Magadino. Les machines y ont subi d’importants dégâts lors de la dernière inondation par le Lac Majeur, en 2003.

Les architectes ont donc juché leur nouveau bâtiment, de 129 mètres de long et 27 mètres de large, sur des pilotis, à trois mètres environ au-dessus du sol. Les ateliers, argentés, luisants, sont installés sur une dalle en béton formant une immense table. Au-dessous se trouvent les parkings et des aires de stockage. La dalle déborde sur les Zôtés, en porte-à-faux, dégageant une aire de travail qui semble flotter au-dessus du sol. Les trois sections du centre de formation – construction métallique, chauffage/sanitaire et construction en bois – sont ainsi accessibles des deux côtés. Le sol ne pouvant reprendre de trop grosses charges, les éléments porteurs ont été réalisés en acier. Les bacs en inox, argentés, renforcent l’impression de légèreté de la construction. L’enveloppe, qui reflète le paysage, rappelle par sa forme les nombreux bâtiments industriels de la plaine de Magadino.

Les 43 sheds sont constitués par des poutres à treillis qui franchissent toute la largeur du bâtiment, soit 27 mètres, sans appuis intermédiaires. La éométrie a été déterminée par la statique, de manière à obtenir des poutres d’une extrême finesse. L’ossature, à la fois élancée et aérienne, supporte également les conduites techniques: électricité, gaz, air passent le long de la membrure inférieure des poutres des sheds et sont distribués ainsi depuis le haut aux postes de travail dans les ateliers. Par trois fois, les dents de scie des sheds sont relevés et dominent les autres sheds: cela correspond aux trois noyaux en béton assurant le contreventement, avec, à chaque fois, des vestiaires, des sanitaires, des locaux techniques et, à l’étage, deux salles de classe. Le centre de formation fait d’une solution classique, en termes de construction et d’éclairage, un geste architectural fort. Le résultat est un bâtiment économique, léger et performant.

Dépôt des tramways, Berne

Partenaires

Maître d’ouvrage:       Bernmobil, Berne
Architectes:       Penzel Valier AG, Zürich
Ingénieurs:       Penzel Valier AG, Zürich
Construction métallique:       Josef Meyer Stahl & Metall AG, Emmen H. Wetter AG, Stetten
Achèvement des travaux:       2011
Cette photographie peut être téléchargée gratuitement et utilisée pour des articles liés au Prix Acier moyennant mention du titulaire du droit d’auteur. (Photographie: Dominique Uldry)

Le nouveau dépôt de tramways, aux limites de la ville de Berne, conjugue harmonieusement architecture et structure. La halle, à la trame régulière bien visible, présente une forme simple. Cela a permis de satisfaire avec brio et élégance aux exigences d’économie et d’organisation, auxquelles s’ajoutaient les contraintes foncières, sur une parcelle étroite et biaise.

suite
La halle doit sa forme concise à la nécessité de disposer d’un espace de garage maximal, sans appuis intermédiaires, correspondant à la longueur d’une rame de tramway, et à la prise en compte des rayons imposés pour les courbes. Les ingénieurs ont conçu une structure qui répond à un niveau d’exigences maximal en termes d’usage, de structure et d’architecture, tant au présent qu’au futur, puisque les deux phases d’extension ont d’ores et déjà été prises en compte. Sur toute sa longueur, soit environ 200 mètres, le bâtiment est couvert par une structure de type shed, en poutres à treillis.

Une seule file de poteaux sépare la partie remisage de la partie maintenance. Les façades existantes pourront être démontées et les poutres à treillis rallongées de 90 mètres lors des phases d’extension ultérieures. Le caractère durable du bâtiment, avec une souplesse exemplaire en termes d’usage, a convaincu le jury. La construction métallique fait ici véritablement la synthèse, réussie, entre architecture et technique. Une présentation détaillée en a été faite dans steeldoc 03/14.

Birskopfsteg, Bâle

Partenaires

Maître d’ouvrage:       Service de la construction et des transports, Canton de Bâle-Ville
Architectes:       Christ & Gantenbein Architekten, Basel
Ingénieurs:       zpf. Ingenieure AG, Basel
Construction métallique:       Schneider Stahlbau AG, Jona
Achèvement des travaux:       2012
Cette photographie peut être téléchargée gratuitement et utilisée pour des articles liés au Prix Acier moyennant mention du titulaire du droit d’auteur. (Photographie: Roman Keller)

La passerelle élancée qui franchit la rivière Birse, en prolongement direct des chemins existants, remplace un ouvrage provisoire en bois. Elle dessine un arc à peine perceptible, qui s’intègre respectueusement dans ce site sensible.

suite
La nouvelle passerelle, à quelques mètres du confluent de la Birse et du Rhin, se situe dans un espace de récréation très fréquenté, aux portes de la ville de Bâle. Entre le Birskopf, côté Bâle, et le Rheinpark, côté Birsfeld, on est ici au milieu de prairies et de grands arbres.

Afin de garantir une forme épurée, la plus fine possible, le système porteur de la passerelle a été disposé sous la couverture. Le bureau d’études a opté pour une poutre-caisson continue à deux travées, l’une de 50,5 m, l’autre de 25,0 m, soit une longueur totale, pour la passerelle, de près de 76 mètres. Avec une hauteur inférieure à 70 centimètres, l’élancement est ainsi de 1/72. Cette valeur, spectaculaire, a été possible grâce au tablier en acier, à la fois léger et rigide, qui a permis de limiter le poids propre en dépit de la largeur, prévue pour deux voies de circulation. La passerelle n’ayant pas les mêmes dimensions que l’ouvrage provisoire qu’elle remplace, il a fallu construire deux nouvelles culées. Elles sont constituées d’un sommier en béton armé reposant sur six micropieux.

L’appui intermédiaire en acier de 10 centimètres d’épaisseur s’appuie sur la fondation existante. Il a une forme trapézoïdale qui s’affine vers le bas. Incliné, il est perpendiculaire au caisson, auquel il est assemblé de manière monolithique: ayant une souplesse suffisante pour pouvoir reprendre les déplacements du tablier par déformation élastique, il rend tout appareil d’appui superflu. Les charges permanentes transmises aux fondations sont par ailleurs inférieures à celles de l’ancien ouvrage, de sorte que les tassements en cours de travaux ont été négligeables. La poutre-caisson du système porteur a une section polygonale, avec une largeur de 4,90 m et une hauteur de 0,68 m. Le caisson est étanche à l’air, ce qui présente un double avantage: l’extrême finesse du caisson il n’a pas besoin d’être accessible pour des travaux d’entretien, et son caractère économique pas de protection anti-corrosion sur la surface intérieure du caisson, soit 980 mètres carrés.

Liaison piétonne Plessur -Halde, Coire

Partenaires

Maître d’ouvrage:       Service des constructions du Canton des Grisons, Coire
Architectes:       Esch.Sintzel GmbH, Zürich
Ingénieurs:       Dr. Lüchinger + Meyer Bauingenieure AG, Zürich
Construction métallique:       Tuchschmid AG, Frauenfeld
Achèvement des travaux:       2011
Cette photographie peut être téléchargée gratuitement et utilisée pour des articles liés au Prix Acier moyennant mention du titulaire du droit d’auteur. (Photographie: Tuchschmid AG)

La liaison piétonne sécurisée entre les deux sites de l’école cantonale de Coire – «Plessur-Aue» et «auf der Halde» – est dissociée de la route et de son trafic. Mise en scène par le jeu architectural, elle est aussi un parcours de découverte en trois dimensions.

suite
Lorsqu’on approche la nouvelle liaison piétonnière entre les deux sites de l’école cantonale, on tombe immanquablement sous le charme: S’agit-il d’un chemin de fer à crémaillère, figé dans la pente? D’une sculpture monumentale qui tente d’accaparer la vigne épiscopale? Ou s’agit-il d’une voie piétonne modelée avec subtilité au contact du coteau? L’ouvrage métallique paraît tantôt compact et pesant, tantôt léger, tel un origami géant. Plus qu’un simple passage couvert permettant aux piétons de franchir au sec un dénivelé important, il se veut oeuvre sculpturale, en dialogue optique et tactile avec la paroi rocheuse et l’ensemble du site. Cette construction en forme de signal, d’une extrême netteté, vient enrichir encore le paysage déjà spectaculaire. Le projet convainc par la formulation architecturale claire, le choix délibéré du matériau et le concept constructif de l’escalier, de l’ascenseur et de la couverture, qui, tout en retenue, n’en suscite pas moins l’inspiration. L’ouvrage séduit par son extrême précision et sa perfection absolue. Il génère un effet de composition et procure une expérience d’appréhension de l’espace hors du commun.

Mentions

Serre du jardin botanique, Grüningen

Partenaires

Maître d’ouvrage:       Banque cantonale de Zurich, Zurich
Architectes:       BBP Architekten Bührer Brandenberger & Partner AG, Wetzikon / idA Buehrer Wuest Architekten SIA AG, Zürich
Ingénieurs:       Tuchschmid AG, Frauenfeld
Construction métallique:       Tuchschmid AG, Frauenfeld
Achèvement des travaux:       2012
Cette photographie peut être téléchargée gratuitement et utilisée pour des articles liés au Prix Acier moyennant mention du titulaire du droit d’auteur. (Photographie: Tuchschmid AG)

Une serre moderne a été construite en remplacement de deux serres anciennes qui auraient nécessité des travaux de réhabilitation trop importants. Le nouvel ouvrage en verre et en acier s’insère harmonieusement dans le jardin et abrite une riche palette de plantes de climat chaud.

suite

Les nombreux arbres du jardin botanique ont servi de source d’inspiration: la structure de la nouvelle serre est constituée de quatre «arbres» en acier, réalisés par assemblage de lames métalliques disposées en éventail. Ces lames forment le «tronc-poteau» et se déploient en porte-à-faux, telles des branches, supportant la couverture vitrée. Les pans de verre verticaux se raccordent aux extrémités de la «couronne» ainsi constituée.

La serre séduit par sa poésie. Exigences fonctionnelles, esthétiques et techniques sont conciliées d’une manière étonnamment simple et pourtant extrêmement esthétique. La structure métallique, métaphore du végétal abritant à son tour des végétaux, réalise une symbiose convaincante.

SwissTech Convention Center, EPFL Quartier Nord, Lausanne

Partenaires

Maître d’ouvrage:       MEG Ecublens CCR, Zurich
Architectes:       Richter . Dahl Rocha & Associés architectes SA, Lausanne
Ingénieurs:       Ingeni SA, Lausanne
Construction métallique:       Consortium HZ/Hevron SA et Zwahlen & Mayr SA, Aigle
Achèvement des travaux:       2014
Cette photographie peut être téléchargée gratuitement et utilisée pour des articles liés au Prix Acier moyennant mention du titulaire du droit d’auteur. (Photographie: Fernando Guerra)

Le nouveau centre de congrès constitue un point de repère urbain majeur sur le campus universitaire de Lausanne. Le choix judicieux des matériaux, le principe constructif cohérent, parfaitement abouti, l’aménagement saisissant des espaces intérieurs conduisent à un ouvrage dont l’architecture séduit.

suite

Le nouveau campus de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), à Ecublens VD, a fait l’objet, au cours des décennies passées, de plusieurs extensions qui avaient à chaque fois un caractère novateur. Quatre ans après le Rolex Learning Center, le SwissTech Convention Center, un lieu unique pour les congrès, séminaires et autres évènements d’envergure, a ouvert ses portes début 2014.

Le bâtiment, perçu comme la porte d’entrée de la ville universitaire, est une construction métallique de conception classique. Aucun autre matériau que l’acier ne pouvait franchir des portées aussi importantes avec une ossature aussi fine et une telle économie de matière.

Ce complexe multifonctionnel se distingue par sa remarquable capacité d’adaptation: le vaste auditorium se transforme aisément en salle de banquet, et le niveau inférieur peut, au gré des besoins, être divisé en petites salles ou former un espace unique dégagé. Techniquement tout comme esthétiquement, les panneaux solaires colorés intégrés à la façade vitrée constituent des éléments marquants importants. Ils font la transition entre extérieur et intérieur, baignant cet intérieur d’une lumière colorée étrange, presque sacrale; ils produisent – accessoirement, serait-on tenté de dire – une part importante de l’énergie nécessaire au bâtiment. Le concept global est écologiquement moderne et techniquement innovant. Dans sa forme comme dans sa fonction, il impressionne et séduit.

Pont panoramique, Sigriswil

Partenaires

Maître d’ouvrage:       Verein Panorama Rundweg Thunersee, Thoune
Architectes:       Berner Fachhochschule BFH AHB, Burgdorf
Ingénieurs:       Theiler Ingenieure AG, Thun
Construction métallique:       Seiler AG, Bönigen
Achèvement des travaux:       2012
Cette photographie peut être téléchargée gratuitement et utilisée pour des articles liés au Prix Acier moyennant mention du titulaire du droit d’auteur. (Photographie: Urs Schatt)

Le pont suspendu de Sigriswil, sur la rive nord du lac de Thoune, franchit les gorges du Guntenbach à une hauteur de 180 mètres et sur une longueur de 340 mètres. Sa légèreté fait toute la force du projet: il apporte la démonstration qu’il est possible de franchir des portées importantes de manière particulièrement économique, avec des moyens de construction limités mais rigoureux.

suite
Entre exigences structurales et volonté de procurer un sentiment de sécurité et de stabilité, l’ouvrage recourt à des moyens minimalistes. Les deux pylônes, en forme de V, sont inclinés vers le centre du pont, une configuration qui permet pour chacun d’eux une fondation unique, en partie haute de la pente. Le pont est suspendu aux câbles porteurs à la manière d’un treillis et retenu par-dessous par des tirants inclinés, ce qui améliore le comportement vibratoire dans le sens vertical et la stabilité dans le sens transversal. Réinterprétation du pont suspendu classique, le tablier et ses garde-corps se présentent sous forme d’un U constitué de tôles en acier perforées et pliées.

Cette solution d’ingénieur, poussée au bout de sa logique, constitue une illustration emblématique d’une utilisation judicieuse des matériaux au service du problème posé. Oser la frugalité, la simplicité, le minimalisme a permis la réalisation d’un ouvrage d’une finesse arachnéenne, qui offre des vues spectaculaires sur le paysage.

Maison Müller, Zurich

Partenaires

Maître d’ouvrage:       Richard und Christine Müller, Zürich
Architectes:       Christian Kerez Zürich AG
Ingénieurs:       Dr. Schwartz Consulting AG, Zug
Construction métallique:       Schneider Stahlbau AG, Jona / Stahl- und Traumfabrik AG, Zürich
Achèvement des travaux:       2014
Cette photographie peut être téléchargée gratuitement et utilisée pour des articles liés au Prix Acier moyennant mention du titulaire du droit d’auteur. (Photographie: Urs Schatt)

Du point de vue architectural, structure et espace, ici, font un. L’ossature, réduite au minimum, avec ses poteaux composés à âme pleine rejetés à l’extérieur, dégage à tous les niveaux des volumes dépourvus de tout appui intérieur. Ceci, associé aux façades entièrement vitrées, génère une grande qualité des espaces, alliée à une remarquable flexibilité d’usage.

suite
L’ossature primaire de cette maison à 5 niveaux est constituée de six poutrelles métalliques intérieures, apparentes, complétées par six poteaux extérieurs. Ces derniers reprennent à la fois les efforts verticaux (poids du bâtiment) et les efforts horizontaux. Jumelés, ils enserrent les escaliers, l’ascenseur ou le conduit de fumée. Les poutrelles métalliques, qui supportent des dalles en béton coulées en place, traversent l’enveloppe du bâtiment. Les assemblages étudiés avec un sens poussé du détail assurent la rupture des ponts thermiques. Pour les balcons, le découplage est effectué par doublage des poutrelles.

Avec le Prix Acier, le jury récompense la maîtrise de l’utilisation de l’acier dans ce bâtiment à étages. L’ossature principale reste apparente et séduit par sa sobriété et la qualité et précision des détails. Les exigences en matière de protection incendie et de physique des ambiances y sont satisfaites de manière novatrice.

Ein Gemeinschaftsprojekt von SZS und

StahlPromCH_Logo2_CMYK